Îles et Parcs Nationaux

Les écosystèmes et les habitats doivent être préservés pour protéger les espèces et ces dernières doivent être protégées pour, en retour, préserver les écosystèmes et les habitats.

Alors que le tourisme sur les sites naturels et culturels de la mer Rouge continue de progresser, la pression sur l'écosystème augmente parallèlement. L’environnement particulier de la mer Rouge est plus vulnérable à cette pression que celui de nombreux autres écosystèmes.

Le gouvernement a donc créé et investi pour des zones protégées, pour une politique de protection durable des habitats fragiles. De nombreux sites disposent désormais de plans de gestion, d'infrastructures et d'équipements efficaces et sont gérés par les Rangers de la mer Rouge. Ces derniers sont l’organe d’application de la loi EEAA chargé de la sauvegarde des ressources naturelles de la mer Rouge.

Les îles

Les îles dispersées le long de la mer Rouge méridionale font parties des plus beaux habitats. Certaines de ces îles vierges peuvent être visitées en bateau ou au départ du rivage, pour faire de la plongée ou du snorkeling. D'autres sont des zones protégées et inaccessibles au public en raison de leur importance écologique et économique.

Le Parc National de Samadai (Dolphin House)

Depuis 2001, Dolphin House est devenu le centre de la «frénésie des dauphins». Des centaines de personnes sont venues d'aussi loin qu'Hurgada pour jouer avec les dauphins à long bec résidents à Samadai. En une seule journée, Samadai accueillait jusqu'à 30 bateaux et 500 à 800 personnes. Des snorkelers inexpérimentés venaient à proximité du lagon sans se soucier des dauphins au repos. Les activités touristiques commençaient à exercer des pressions sur le dauphin. Cela entraîna une diminution visible  en très peu de temps de leur population. Lors de l'été 2001, un bateau a pris feu près du récif et la situation est devenue insupportable pour les dauphins de Samadai. Des mesures immédiates furent prises pour protéger ce précieux sanctuaire. Plusieurs institutions, notamment HEPCA, la Société Abu Salama et le Protectorat de la mer Rouge (EEAA) se sont réunies et ont bâti un plan de zonage pour le site. Le plan de gestion a finalement été signé par le gouverneur, HEPCA, la Red Sea Diving Association et l'EEAA.

La capacité maximale du site a été fixée à 10 bateaux et 100 à 150 visiteurs par jour. Le plan de gestion du site se concentre sur 7 cibles principales.

1.    Mise en œuvre d'un plan de zonage pour la zone protégée afin de créer une zone restreinte pour:

  • La protection des dauphins.
  • Les activités de plongée en apnée.
  • Les amarrages de bateaux.
  • La plongée.

2. Établissement d'une charte sur les meilleures pratiques.

3. Mise en place d'un programme de surveillance approprié.

4. Restriction de la présence des visiteurs en journée (10h00-14h00).

5. Mise en place d'une taxe pour les frais de protection.

6. Renforcement du processus d'application de la loi.

7. Mise en place d'un programme de sensibilisation du public.

Aujourd'hui, les dauphins de Samadai mènent une vie sans souci en harmonie avec les touristes de passage. Pouvoir interagir avec ces animaux dans leur habitat naturel est une expérience incroyable et vraiment enrichissante. Nous considérons le projet de Samadai comme un modèle de planification du développement durable, qui devrait être adopté dans le monde entier.

Parc National de Wadi El Gemal

Environ 50 kms au sud de la ville de Marsa Alam commence le parc national de Wadi el Gemal, qui a été déclaré réserve de la biosphère. La zone de réserve englobe le segment de la plaine côtière de la mer Rouge et des montagnes qui s’étendent à peu près entre 24 ° 51’N au nord et 24 ° 06’N au sud; et entre le littoral de la mer Rouge à l'est et environ 34 ° 28’E à l'ouest.

La réserve comprend des zones marines et terrestres. Wadi El Gemal et son delta constituent le thème central de la réserve terrestre. La partie marine de la zone protégée comprend une bande d'eaux côtières comportant des mangroves, ainsi que plusieurs îles (l'archipel de Hamata et l'île Wadi El Gemal).

La présence de mangroves sur les îles en fait un habitat idéal pour des centaines d'oiseaux. Outre ces populations d’oiseaux, deux espèces de tortues utilisent l’île comme lieu de nidification et les dauphins nagent régulièrement dans la zone. Des excursions quotidiennes en bateau vers les îles Qulan pour bronzer et faire du snorkeling offrent des moments privilégiés.

Les excursions terrestres pour la randonnée, l'observation des oiseaux et les rencontres bédouines dans le delta de Wadi el Gemal et le désert sont également très populaires. Les  bédouins locaux Ababda qui habitent la réserve de Wadi el Gemal et le désert oriental proposent des excursions culturelles. Les paysages spectaculaires et la vie sauvage du désert oriental constituent également une attraction à ne pas manquer.

Les animaux qui vivent dans les oueds comprennent de nombreuses espèces rares comme le bouquetin de Nubie et le Daman (Hyracoidea). Les ânes sauvages, les chameaux et les gazelles sont également abondants dans la région et se nourrissent de la végétation du désert.

L'EEAA a veillé à ce que les infrastructures nécessaires à l'accueil des touristes soient en place et a autorisé un éco-lodge privé, bien nommé el-Fustat (le camp), dans le protectorat. Des excursions d'observation de la faune et des oiseaux sont proposées, de même que des excursions en chameau, toujours très populaires.

Register

Login

Vacancy Apply

Upload Your Photo

Téléchargez vos informations vidéo

Booking Inquiry

Booking Inquiry